Voyage gustatif au pays des millésimes

Chaque année les millésimes subliment les repas. Fruités, ample ou charnu, le vin se déguste d’un bout à l’autre de l’Hexagone. La réputation des vins français n’est plus à faire. Les cabernets, chardonnay et autres merlots s’exportent aux quatre coins du monde. Chefs étoilés, critiques œnologues et fins gourmets s’arrachent les plus grands crus de France. Pour délecter leurs papilles des meilleurs crus, professionnels et amateurs, sélectionnent les vins en fonction de leur millésime. Si le terme évoque finesse et raffinement, que recouvre-t-il vraiment ? Faut-il s’y fier pour choisir un vin ? Pour vous aider à mieux comprendre la subtilité des vins de Bordeaux, voici un petit guide des millésimes du vignoble bordelais. 

Le soleil du Sud-Ouest caresse un millésime de Bordeaux – Image libre de droit – Source : Adobe

Qu’est-ce qu’un millésime ? 

D’une récolte à l’autre, les vins se suivent, mais ne se ressemblent pas. La pluie, le vent, la chaleur et le soleil transforment les arômes du vin. Cette différence se résume en un mot : le millésime. Indiqué sur les étiquettes, le millésime n’est autre que l’année de la récolte. Contrairement aux croyances populaires, le millésime, mise à part pour les Champagnes, n’est pas toujours un critère qualitatif. Pourtant, cette information est indispensable pour savoir si le vin marquera l’histoire. Mais alors, comment savoir si un millésime sera bon ? 

Il est d’usage de noter la qualité des millésimes dans des tableaux de cotation. Les notes attribuées à chaque année varient de 1, « petit millésime » à 5, « millésime exceptionnel ». La rondeur, l’harmonie et la souplesse d’un millésime ne sont pas seulement dues au travail de l’homme. Ce qui rend un millésime exceptionnel, c’est avant tout la météo. Lorsque l’humidité du printemps et de l’automne imbibe la terre, les feuilles des vignes reçoivent tous les nutriments nécessaires à leur croissance. Les raisins, se gorgent de sucre sous le soleil d’été et développent ainsi de puissantes saveurs. Lorsque les conditions météorologiques sont optimales, l’acidité des fruits est maîtrisée, les tanins sont mûrs et le millésime est parfaitement équilibré

Lever de soleil sur les vignes – Image libre de droit – Source : Pixabay 

Les vignobles de Bordeaux 

La réputation des vins de Bordeaux n’est plus à faire. Avec plus de 117000 hectares de vignobles et une production de cinq millions d’hectolitres de vin par an, la Gironde se classe parmi les principaux départements viticoles de l’Hexagone. Sous le soleil du Sud-Ouest, six cépages se font la part belle dans l’élaboration des vins de Bordeaux. Au fil des siècles, les vignerons ont su faire évoluer le choix des cépages, leurs connaissances des sols et leurs techniques de production pour tirer le meilleur parti des millésimes bordelais. 

Les Bordeaux se caractérisent par un assemblage de plusieurs cépages. Leurs caractéristiques uniques, terroirs, microclimats et arômes spécifiques se marient à la perfection pour créer des vins uniques. Merlot, cabernet-sauvignon et cabernet-franc constituent les principaux cépages de vins rouges. Les blancs, quant à eux, prennent les noms de sémillon, sauvignon blanc ou encore muscadelle. Dès 1855, Bordeaux inaugure la notion de classification. Synonyme de qualité, la classification des crus illustre la synthèse de plusieurs siècles de travail passionné et la typicité d’un terroir unique en France. Les différents classements qui existent aujourd’hui regroupent des domaines et châteaux d’exception. À l’évocation des châteaux Pape-Clément, Lafite-Rothschild, ou Beau-Séjour, c’est tout le prestige d’une région viticole qui éveille la gourmandise. 

Soleil couchant sur un vignoble bordelais – Image libre de droit – Source : Pixabay 

Classement des millésimes de Bordeaux 

Premier vignoble AOC de France, Bordeaux jouit d’une renommée internationale. Sa géographie exceptionnelle, son climat idéal et le savoir-faire de ses vignerons transforment ses vins en produits de qualité. Depuis de nombreuses années, le prestige des vins de Gironde ne cesse de croître. Ses grands crus classés attirent chaque année, amateurs, professionnels et curieux. Sous le soleil du Sud-Ouest, ils découvrent la grande diversité des terroirs bordelais. Organisé autour de trois axes fluviaux (la Dordogne, la Gironde et la Garonne), les vignobles de Bordeaux regorgent de sols variés pour des résultats aux contrastes surprenants. 

Pour faire voyager vos papilles dans l’univers incroyable des vins de Bordeaux, voici la classification des millésimes de ces dernières années. 

Millésimes des « Bordeaux rouge » 

  • Millésime du millénaire : 1961, 1982, 2005 
  • Millésime du siècle : 1945, 1990 
  • Millésime exceptionnel : 1947, 1985, 1986, 1995 
  • Excellent millésime : 1949, 1953, 1955, 1959, 1988, 1989, 1996, 2000, 2009 
  • Très grand millésime : 1943, 1966, 1975, 1983, 1998 
  • Grand millésime : 1937, 1952, 1962, 1964, 1970, 1971, 1978, 2003, 2004, 2006, 2008, 2010 
  • Très bon millésime : 1940, 1946, 1948, 1976, 1981, 2001 
  • Bon millésime : 1938, 1950, 1979, 1980, 1993, 1999, 2002, 2007, 2011, 2012 

Millésimes des « Bordeaux blanc » 

  • Millésime du millénaire : 1959, 1971 
  • Millésime exceptionnel : 1945, 1990, 1995 
  • Excellent millésime : 1949, 1955, 1962, 1982, 1986, 1988, 1989, 1996, 2009 
  • Très grand millésime : 1947, 1966, 1970, 1975, 1976, 1981, 1983, 2000 
  • Grand millésime : 1950, 1953, 1961, 1978, 1979, 1994, 2001, 2002, 2005, 2007, 2010 
  • Très bon millésime : 1937, 1943, 1948, 1952, 1980, 1985, 1998, 2003, 2004, 2008, 2011 
  • Bon millésime : 1940, 1964, 1967, 1992, 1997, 1999, 2006, 2013 

Certains de ces vins millésimés se vendent à prix d’or. En bouche, la parfaite maîtrise des arômes transforme la dégustation en expérience gustative inoubliable

Raisins gorgés de soleil dans un vignoble de Bordeaux – Image libre de droit – Source : Pixabay 

Chaque année les millésimes subliment les repas. Fruités, ample ou charnu, le vin se déguste d’un bout à l’autre de l’Hexagone. La réputation des vins français n’est plus à faire. Les cabernets, chardonnay et autres merlots s’exportent aux quatre coins du monde. Chefs étoilés, critiques œnologues et fins gourmets s’arrachent les plus grands crus de France. Pour délecter leurs papilles des meilleurs crus, professionnels et amateurs, sélectionnent les vins en fonction de leur millésime. Si le terme évoque finesse et raffinement, que recouvre-t-il vraiment ? Faut-il s’y fier pour choisir un vin ? Pour vous aider à mieux comprendre la subtilité des vins de Bordeaux, voici un petit guide des millésimes du vignoble bordelais. 

Le soleil du Sud-Ouest caresse un millésime de Bordeaux – Image libre de droit – Source : Adobe

Qu’est-ce qu’un millésime ? 

D’une récolte à l’autre, les vins se suivent, mais ne se ressemblent pas. La pluie, le vent, la chaleur et le soleil transforment les arômes du vin. Cette différence se résume en un mot : le millésime. Indiqué sur les étiquettes, le millésime n’est autre que l’année de la récolte. Contrairement aux croyances populaires, le millésime, mise à part pour les Champagnes, n’est pas toujours un critère qualitatif. Pourtant, cette information est indispensable pour savoir si le vin marquera l’histoire. Mais alors, comment savoir si un millésime sera bon ? 

Il est d’usage de noter la qualité des millésimes dans des tableaux de cotation. Les notes attribuées à chaque année varient de 1, « petit millésime » à 5, « millésime exceptionnel ». La rondeur, l’harmonie et la souplesse d’un millésime ne sont pas seulement dues au travail de l’homme. Ce qui rend un millésime exceptionnel, c’est avant tout la météo. Lorsque l’humidité du printemps et de l’automne imbibe la terre, les feuilles des vignes reçoivent tous les nutriments nécessaires à leur croissance. Les raisins, se gorgent de sucre sous le soleil d’été et développent ainsi de puissantes saveurs. Lorsque les conditions météorologiques sont optimales, l’acidité des fruits est maîtrisée, les tanins sont mûrs et le millésime est parfaitement équilibré

Lever de soleil sur les vignes – Image libre de droit – Source : Pixabay 

Les vignobles de Bordeaux 

La réputation des vins de Bordeaux n’est plus à faire. Avec plus de 117000 hectares de vignobles et une production de cinq millions d’hectolitres de vin par an, la Gironde se classe parmi les principaux départements viticoles de l’Hexagone. Sous le soleil du Sud-Ouest, six cépages se font la part belle dans l’élaboration des vins de Bordeaux. Au fil des siècles, les vignerons ont su faire évoluer le choix des cépages, leurs connaissances des sols et leurs techniques de production pour tirer le meilleur parti des millésimes bordelais. 

Les Bordeaux se caractérisent par un assemblage de plusieurs cépages. Leurs caractéristiques uniques, terroirs, microclimats et arômes spécifiques se marient à la perfection pour créer des vins uniques. Merlot, cabernet-sauvignon et cabernet-franc constituent les principaux cépages de vins rouges. Les blancs, quant à eux, prennent les noms de sémillon, sauvignon blanc ou encore muscadelle. Dès 1855, Bordeaux inaugure la notion de classification. Synonyme de qualité, la classification des crus illustre la synthèse de plusieurs siècles de travail passionné et la typicité d’un terroir unique en France. Les différents classements qui existent aujourd’hui regroupent des domaines et châteaux d’exception. À l’évocation des châteaux Pape-Clément, Lafite-Rothschild, ou Beau-Séjour, c’est tout le prestige d’une région viticole qui éveille la gourmandise. 

Soleil couchant sur un vignoble bordelais – Image libre de droit – Source : Pixabay 

Classement des millésimes de Bordeaux 

Premier vignoble AOC de France, Bordeaux jouit d’une renommée internationale. Sa géographie exceptionnelle, son climat idéal et le savoir-faire de ses vignerons transforment ses vins en produits de qualité. Depuis de nombreuses années, le prestige des vins de Gironde ne cesse de croître. Ses grands crus classés attirent chaque année, amateurs, professionnels et curieux. Sous le soleil du Sud-Ouest, ils découvrent la grande diversité des terroirs bordelais. Organisé autour de trois axes fluviaux (la Dordogne, la Gironde et la Garonne), les vignobles de Bordeaux regorgent de sols variés pour des résultats aux contrastes surprenants. 

Pour faire voyager vos papilles dans l’univers incroyable des vins de Bordeaux, voici la classification des millésimes de ces dernières années. 

Millésimes des « Bordeaux rouge » 

  • Millésime du millénaire : 1961, 1982, 2005 
  • Millésime du siècle : 1945, 1990 
  • Millésime exceptionnel : 1947, 1985, 1986, 1995 
  • Excellent millésime : 1949, 1953, 1955, 1959, 1988, 1989, 1996, 2000, 2009 
  • Très grand millésime : 1943, 1966, 1975, 1983, 1998 
  • Grand millésime : 1937, 1952, 1962, 1964, 1970, 1971, 1978, 2003, 2004, 2006, 2008, 2010 
  • Très bon millésime : 1940, 1946, 1948, 1976, 1981, 2001 
  • Bon millésime : 1938, 1950, 1979, 1980, 1993, 1999, 2002, 2007, 2011, 2012 

Millésimes des « Bordeaux blanc » 

  • Millésime du millénaire : 1959, 1971 
  • Millésime exceptionnel : 1945, 1990, 1995 
  • Excellent millésime : 1949, 1955, 1962, 1982, 1986, 1988, 1989, 1996, 2009 
  • Très grand millésime : 1947, 1966, 1970, 1975, 1976, 1981, 1983, 2000 
  • Grand millésime : 1950, 1953, 1961, 1978, 1979, 1994, 2001, 2002, 2005, 2007, 2010 
  • Très bon millésime : 1937, 1943, 1948, 1952, 1980, 1985, 1998, 2003, 2004, 2008, 2011 
  • Bon millésime : 1940, 1964, 1967, 1992, 1997, 1999, 2006, 2013 

Certains de ces vins millésimés se vendent à prix d’or. En bouche, la parfaite maîtrise des arômes transforme la dégustation en expérience gustative inoubliable

Raisins gorgés de soleil dans un vignoble de Bordeaux – Image libre de droit – Source : Pixabay